Pour de nombreuses personnes, le stress est un mystère, un secret ou une énigme avec différentes définitions et descriptions.

Quelqu’un peut ressentir du stress par rapport au temps, une autre personne peut vivre du stress à propos d’une situation particulière et certain parler d’événements stressants, mais qu’est-ce que le stress d’un point de vue médical ?

Pour ceux travaillant en santé mentale, le stress est une réaction émotionnelle destinée à faire face aux nombreuses exigences de la vie selon des facteurs en causes. Ces facteurs de stress peuvent varier de mineurs à majeurs, selon l’individu.

Pour mieux comprendre le stress et son impact sur vous, voici 8 mythes que vous devez démystifier afin de vous libérer de certaines fausses croyances qui peuvent créer en vous, des inquiétudes inutiles et rendre la vie plus difficile.

 

Reconnaissez-vous ces 8 mythes du stress émotionnel ?

 

Mythe 1 : Le stress est identique pour tout le monde

Comment le stress affecte-t-il différentes personnes ?

Malheureusement, la réponse n’est pas simple. Le stress est très personnel et subjectif. Un facteur de stress pour une personne peut ne pas bouleverser du tout une autre personne. Le stress se divise en plusieurs catégories distinctes. Les catégories de stress comprennent :

  • Le stress résultant d’un événement traumatisant comme une fusillade de masse, une catastrophe naturelle et bien d’autres évènements ;
  • Le stress typique généré par le travail, l’école, les problèmes familiaux et les responsabilités quotidiennes ;
  • Le stress qui survient soudainement à la suite d’un changement de vie comme un divorce, la perte d’un emploi ou un diagnostic de cancer.

 

Quel est l’impact du stress ?

L’impact du stress est également très subjectif. Les gens peuvent mieux gérer certains types de stress que d’autres ou ils peuvent rebondir plus rapidement, selon le type de stress.

La résilience au stress peut être attribuable à la génétique, bien que les recherches soutenant cette notion soient minces. D’une manière générale, le stress quotidien est plus facile à gérer pour les gens que le stress vécu à la suite d’un événement traumatisant, comme le stress post-traumatique.

En réalité, le stress est une expérience extrêmement subjective, donc il est émotionnel et différent pour chaque personne.

 

Mythe 2 : Pas de symptôme apparent signifie pas de stress

Chez certaines personnes, le stress peut facilement apparaître via des changements de comportement ou spécifiquement après des événements traumatisants.

Chez d’autres individus, il peut être extrêmement difficile de déterminer si une personne est stressée par son comportement. Ces personnes semblent probablement normales et cachent bien leur stress, mais en dessous, elles luttent mentalement. Le stress est généralement vécu mentalement et émotionnellement.

En réalité, ce n’est pas parce qu’une personne ne présente pas de signes ou de symptômes du stress qu’elle n’est pas stressée.

 

Mythe 3 : Le stress est toujours mauvais

Y a-t-il un bon stress ?

Le stress peut parfois être bénéfique et certains niveaux de stress peuvent rendre une personne plus alerte et améliorer à la fois ses comportements et sa cognition.

Trop peu de stress peut amener les gens à développer une dépression ou à s’ennuyer. C’est là que réside la différence entre un bon et un mauvais stress, soit la durée pendant laquelle un individu subit un stress.

Le stress aigu ou à court terme peut être bénéfique pour les individus, tandis que le stress à long terme ou chronique peut devenir accablant et avoir un effet négatif sur la qualité de vie d’une personne.

En réalité, le stress peut être bénéfique lorsque l’on est conscient que nous l’utilisons pour faire plus de chose dans un espace de temps choisi librement et délibérément.

 

Mythe 4 : Le stress est partout et ne peut être évité

Apprendre à éviter le stress est difficile et parfois les gens ne peuvent pas éviter le stress, en particulier lorsque la cause du stress vient de l’extérieur. Dans certains cas, éviter le stress crée plus de stress. Néanmoins, il existe des moyens efficaces de surmonter le stress.

Premièrement, certains facteurs de stress peuvent être évités. Par exemple, les personnes d’âge universitaire sont tristement célèbres pour avoir attendu jusqu’à la dernière minute pour commencer un devoir. Ce comportement crée un stress inutile et peut être évité grâce à des décisions efficaces en gestion du temps et à une liste claire des priorités.

Il existe de nombreuses stratégies efficaces pour gérer le stress que les gens utilisent tous les jours. Certaines de ces stratégies comprennent, sans s’y limiter :

  • Comprendre ce qui donne naissance au stress ;
  • Avoir un système de soutien y compris des amis, de la famille ou des collègues ;
  • Choisir une période de massage relaxant par des professionnels de la santé ;
  • Faire de l’exercice à chaque jour, de la méditation ou tout genre de relaxation ;
  • Fixer des buts clairs, réalistes, mesurables et atteignables ;
  • Ne jamais fixer des objectifs en temps.

 

En réalité, le stress peut être évité par de nombreux moyens.

 

Mythe 5 : Le stress provoque les cheveux gris

Ce mythe existe depuis très longtemps que les cheveux gris sont causés par des niveaux de stress élevés.

Cependant, cela n’est pas soutenu par la recherche. Premièrement, les cheveux ne deviennent pas seulement gris. Le pigment responsable de la couleur des cheveux est produit moins avec l’âge. Ainsi, l’âge est un facteur important dans le développement des cheveux gris, ainsi que la prédisposition génétique d’une personne.

Certaines autres maladies et facteurs pouvant causer des cheveux gris comprennent :

  • Une carence en vitamines ;
  • La prise de certains médicaments ;
  • Une faible masse osseuse ;
  • La croissance d’une tumeur ;
  • La chute des cheveux ;
  • La cardiopathie ;
  • Fumer la cigarette.

 

Par conséquent, les preuves suggèrent que le stress n’est pas un facteur important dans le développement des cheveux gris, voire pas du tout.

En réalité, les cheveux gris ont d’autres causes que le stress émotif.

 

Mythe 6 : Seuls les principaux symptômes du stress nécessitent une attention particulière

Le stress peut rapidement passer d’aigu à chronique si les symptômes ne sont pas gérés.

Le stress chronique a été négativement lié à de nombreux problèmes physiques. D’un point de vue physiologique, les hormones de stress ont un réel impact sur le fonctionnement d’une personne au quotidien.

La recherche a montré qu’un excès d’hormones de stress peut altérer :

  • L’apprentissage ;
  • La mémoire ;
  • La cognition ;
  • Le système immunitaire ;
  • Le système cardio-vasculaire ;
  • Le système endocrinien ;
  • Le système gastro-intestinal.

 

En d’autres termes, les hormones du stress sont capables de produire une réponse de tout le corps, même si un individu présente des symptômes mineurs de stress. Les traitements typiques du stress comprennent l’apprentissage de techniques de gestion du stress, les médicaments sur ordonnance, la thérapie comportementale et la massothérapie relaxante.

En réalité, même les symptômes mineurs du stress doivent être compris et traités.

 

Mythe 7 : Le stress est un facteur de motivation

Pour certaines personnes, le stress à court terme peut être un facteur de motivation, en particulier le stress aigu.

Le stress aigu aide certaines personnes à effectuer des tâches telles que le respect d’échéances importantes et augmente la vigilance d’une personne. De plus, les périodes de stress aigu peuvent aider les gens à faire de leur mieux et à réfléchir de manière créative à la façon de résoudre les problèmes.

Dans ces cas, le stress est justifié comme une force de motivation afin de réaliser quelque chose qui importe.

En fait, cela n’est pas du stress, mais bien un désir basé sur une préférence. Lorsque la préférence est remplacée par un besoin ou une obligation, alors le désir devient un devoir qui n’est plus une chose naturelle, mais bien normale.

L’amour est une chose naturelle et motivante tandis que la peur est une chose normale et démotivante.

En réalité, le stress peut motiver certaines personnes par la peur, mais causent des effets négatifs globaux sur la santé.

 

Mythe 8 : La consommation d’alcool est un moyen efficace de gérer le stress

Prendre un verre est parfois un bon moyen de soulager le stress. Combien de fois avons-nous entendu la phrase que la modération à bien meilleur goût ? Est-ce que cette phrase est trompeuse ?

En fait, si quelqu’un est stressé et sort boire un verre avec des amis, le fait d’être avec eux est généralement ce qui soulage du stress, plutôt que la boisson alcoolisée elle-même.

Si une personne est à la maison et consomme de l’alcool pour soulager son stress ou pour s’endormir, des problèmes peuvent survenir. L’une des raisons pour lesquelles l’alcool ne devrait pas être utilisé pour soulager le stress est que l’alcool a un impact sur les parties du cerveau responsables de la prise de décision et de l’équilibre.

De plus, même si une personne peut s’endormir plus facilement après un verre ou deux, plus tard dans la nuit, elle peut se réveiller fréquemment ou se réveiller trop tôt, car les cycles de sommeil sont affectés. Il est essentiel de trouver d’autres méthodes pour soulager le stress au lieu de consommer plus d’alcool ou des drogues.

En réalité, boire de l’alcool peut être encore plus problématique pour une personne qui est stressée.

 

Choisissez des massothérapeutes attentifs à votre situation

Si vous désirez un massage unique pour relaxer ou vous libérer de vos douleurs, de vos malaises, de vos maux ou de vos souffrances, n’est-il pas sage et sensé de s’adresser à des massothérapeutes qui sont conscients de ce que vous vivez ?

 

Massothérapie à domicile